Versailles : Les Grandes Eaux PDF

En exigeant que des nobles d’un certain rang et de chaque position passent chaque année à Versailles, Louis XIV les empêchait de développer leur propre pouvoir régional aux dépens du sien et les empêchait de contrecarrer ses efforts pour centraliser le gouvernement français dans une monarchie absolue.


Premier livre d’art dédié au prestigieux spectacle des fontaines royales et à l’aventure, trop peu connue, de leur approvisionnement en eau, ce livre expose la diversité des projets et des techniques mis en oeuvre. Puis le lecteur est invité à découvrir, de bosquet en bosquet, le jeu somptueux des lumières et des eaux. Ce magnifique ouvrage, préfacé par Michel Tournier, est aussi disponible en anglais.

Pascal Lobgeois est né à Antony en 1964. Ingénieur passionné d’Histoire, il porte un regard nouveau sur les Grandes Eaux : son intérêt pour les sciences appliquées l’a amené à se pencher sur le système d’approvisionnement en eau des fontaines de Versailles. Il en retrace la titanesque aventure, trop peu connue du grand public, et fait partager son admiration pour les prouesses des techniciens du Grand Siècle.

Jacques de Givry est né à Paris en 1939. 11 se consacre à la photographie des paysages et des hauts-lieux d’inspiration, dont il aime révéler les aspects inédits. Il auto-édite la plupart de ses livres (dans ses collections «L’Esprit des lieux» et «Mémoire et Lumières») pour mieux en maîtriser la conception et la réalisation. Il souhaite contribuer par ses images à la mise en valeur et à la sauvegarde du patrimoine.

Les fontaines du Roi-Soleil

Le parc de Versailles a fait l’objet d’un grand nombre d’albums et de livres d’art, souvent somptueux, mais ne s’écartant que rarement de l’inventaire de ses hauts lieux incontournables : perspectives grandioses, parterres fleuris, miroirs d’eau, statuaire omniprésente, bosquets secrets.
Le présent ouvrage est le premier à délaisser le splendide écrin (déjà exploré par Jacques de Givry dans «Versailles – l’âme du parc» et dans «Versailles – féerie des jardins») pour mieux se consacrer à la perle fine : les Grandes Eaux.
Ce spectacle, un des plus anciens et des plus prestigieux d’Europe, admiré par près d’un demi million de visiteurs chaque année, est le chef-d’oeuvre du Grand Siècle, parvenu toujours aussi vivant jusqu’à nous.
Vivant mais fugitif : les fontaines ne jouent que quelques heures chaque fin de semaine, à la belle saison. D’où la déception de nombreux touristes imprévoyants… Pourtant Louis XIV consacra plus du tiers des dépenses de Versailles à forcer la nature pour faire venir l’eau en un lieu qui ne possédait ni source ni rivière, à une époque où les pompes n’étaient actionnées que par les moulins et les chevaux. Il lui fallut livrer une rude bataille, qui mobilisa les Sociétés savantes et des dizaines de milliers d’hommes, afin d’alimenter les 2400 jets des fontaines de l’époque (il en reste un millier de nos jours). L’exigeant metteur en scène n’était autre que le Roi lui-même, et ses assistants – le jardinier le Nôtre, le fontainier Francine, le peintre Le Brun et l’architecte Hardouin-Mansart – avaient du génie.
Mais si l’eau avait été présente en abondance, comme à Tivoli ou à Vaux, le défi n’aurait pas été le même, et l’on peut se demander si l’oeuvre aurait atteint le même degré d’ingéniosité et de grâce. C’est pour mieux en apprécier les splendeurs qu’il était souhaitable de connaître la face cachée du spectacle, de réunir enfin dans un même ouvrage La bataille de l’eau et Les fontaines en fête.
Les auteurs formulent le voeu que cet éclairage contribue à susciter des études plus approfondies, soutienne les efforts des collectivités et de tous les acteurs de la conservation, voire de la renaissance, d’un patrimoine unique : le réseau hydraulique et les fontaines du Roi-Soleil.

Accès en fauteuil roulant. Temps pris: 1 heure Parking: Parking gratuit dans le parking principal de Big Waters. Situé sur le Golden Mile de Durban, à quelques pas de la plage, l’hôtel Balmoral se trouve à quelques pas du centre de conventions international et du parc marin d’uShaka. L’ordre du jour de Wilson était basé sur la recherche menée par un groupe de réflexion de 150 experts de politique étrangère américains, et s’est concentré sur les facteurs de causalité et les points de crise de 1914.-}

This entry was posted in Entreprise et Bourse. Bookmark the permalink.