Le divan familial n°32 Croyances PDF

Ça s’est empiré. Il a été trouvé par la police une nuit évanouie et emmené à l’hôpital, n’est pas rentré et s’est réveillé quelque part dehors, a fait un voyage et pouvait à peine descendre de l’avion pour rencontrer son ami.


Religions, convictions politiques, mythes, idéaux et idéologies… Les croyances recouvrent de nombreux contenus psychiques fortement investis et suscitent des passions. Elles ont cours tant dans le couple et dans la famille que dans la société. Croire, c’est adhérer à ce que l’on tient pour véritable, fonder et engager son identité. Pour reprendre les mots de J.-B. Pontalis, « On imagine mal une culture de non-croyance absolue, il n’y a que les morts pour ne croire à rien. » Qu’en est-il de la cure ? En concordance ou discordance avec leur environnement culturel, patients et thérapeutes importent divers aspects de leurs croyances dans le cadre des thérapies où ils s’impliquent. Du côté du thérapeute, ses engagements professionnels témoignent d’expériences et de connaissances qui trouvent leurs racines dans ses propres croyances et ont continué à les forger. Du côté du groupe des patients, les croyances s’organisent selon des axes différents. Elles mettent en jeu les processus de transmission et font appel à la créativité individuelle et groupale (idéaux, mythes, illusion…). Entre les thérapeutes et les familles, ce sont tous les mouvements transférentiels et contre-transférentiels qui sont infiltrés par la croyance : la confiance y a sa place, la défiance aussi, de toutes parts.

Presque tous les membres de la Communauté peuvent être présents. L’heure du cocktail était servie par des barmans expérimentés. Lorsque nous avons déménagé dans le chauffage ne fonctionnait pas correctement, nous avions des vents de force coup de vent soufflant à travers les lacunes autour des portes et des fenêtres.-}

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.