Courbet PDF

The Trumpeter de Mitrovan Grekov et le porte-étendard peint vers 1930.


Peu d’artistes ont été impliqués dans les événements politiques de leur époque comme le fut le peintre Gustave Courbet (1819-1877), figure de proue de l’émergence de l’art moderne. Son art  » réaliste  » et son engagement en faveur de la liberté d’expression ont incarné les idéaux politiques démocratiques et le climat social du milieu du XIXe siècle. James Rubin brosse un sémillant portrait du peintre ambitieux et fier qui, parti d’Ornans et de son milieu rural, essuya les rebuffades du monde de l’art parisien, fut taxé de  » réalisme  » et s’empara de ce qualificatif pour affirmer sa vive sympathie envers les citoyens ordinaires et leurs pratiques quotidiennes. Puisant son inspiration dans le monde qui l’entourait, Courbet peignait des ouvriers agricoles et des tablées familiales sur des toiles de grandes dimensions jusqu’ici réservées aux sujets historiques et littéraires. Son œuvre comporte également des paysages hédonistes, des scènes de chasse, des natures mortes, des portraits et des nus érotiques. Rubin étudie l’œuvre du peintre dans toute sa diversité, à travers un exposé original mêlant analyses de toiles, considérations sur la vie personnelle de l’artiste et examen du contexte politique, économique et social dans lequel les œuvres ont été créées.

Aujourd’hui, les deux exemples sont suivis séparément. (italique dans l’original). Lorsque Courbet a appris au printemps de 1855 que les jurés avaient rejeté deux de ses quatorze entrées, The Studio and Funeral à Ornans, il a renouvelé son plan pour une exposition de son cru et a réussi en peu de temps à faire construire une galerie temporaire près de exposition officielle, plaçant sur son entrée l’enseigne Le Realisme. Aucune de ses pièces les plus controversées n’est ici ou ses grandes toiles.-}

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.